Accueil > Approvisionnement, Gouvernance > Approvisionnement et logiciels libres – partie 2

Approvisionnement et logiciels libres – partie 2

Pour donner suite à notre billet sur l’approvisionnement, nous invitons ceux et celles qui veulent écouter une discussion entre différents représentants de compagnies telles que Ingres, JasperSoft et IBM échanger sur leurs visions des logiciels libres et ouverts. Ils exposent, par des échanges constructifs, les avantages et inconvénients d’un logiciel libre versus un logiciel propriétaire. Cette discussion a eu lieu dans le cadre de l’Open world forum qui  s’est déroulé du 30 septembre au 1er octobre 2010.

Source: http://www.youtube.com/v/YjmTa2RJ2Yc&hl

Comme nous l’avons constaté dans les différentes lectures proposées, il existe plusieurs types de licences open sources telles que GPL et Apache afin d’encadrer les droits d’utilisation du logiciel. Face à ce choix, il est nécessaire pour le responsable TI de bien comprendre les distinctions entre ces licences afin de proposer et d’effectuer des choix qui répondent adéquatement aux besoins des utilisateurs, mais aussi à la culture de l’entreprise.

D’une part, nous avons mentionné dans la partie #1 du billet, que les responsables TI et les dirigeants devaient modifier leur façon de faire afin d’ouvrir leur porte au marché du logiciel libre. Ce changement s’effectue en douceur depuis un certain temps, mais surtout dans le domaine public et parapublic par exemple, à la société de transport de Montréal (STM). Cette institution a décidé, suite au jugement relié à la Régie des rentes du Québec (RRQ), de suspendre un appel d’offres qui devait se terminer le 8 septembre dernier afin d’évaluer la possibilité d’ouvrir son offre au marché du logiciel libre.

En fait, il faut aussi mentionner qu’il est impossible pour les entreprises d’ignorer la montée en force du logiciel libre, « dont le plus célèbre représentant est Linux, qui devrait connaître en Europe une croissance de 44 % en 2010, après une hausse de 47 % en 2009, selon une étude du cabinet PAC »(Cyberpresse)

En ce sens, il existe des associations telles qu’April ou Facil qui viennent en aide aux entreprises afin de les aiguiller sur les différentes possibilités qu’offre le marché du logiciel libre au lieu de se restreindre aux différentes listes de fournisseurs préapprouvées ou à des produits fermés. En effet, ces différentes associations existent dans le but de :

  • « Promouvoir le logiciel libre auprès du grand public, des professionnels, des associations et des pouvoirs publics;
  • Sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux des standards ouverts et de l’interopérabilité;
  • Obtenir des décisions politiques, juridiques et réglementaires favorables au développement du logiciel libre et aux biens communs informationnels;
  • Défendre les droits des utilisateurs et des auteurs de logiciels libres;
  • Favoriser le partage du savoir et des connaissances. » (April)

D’autant plus, l’approvisionnement reste un domaine très large qui sera sans aucun doute influencé grandement par la montée du logiciel libre. Compte tenu la structuration et la maturité des logiciels libres disponibles, êtes-vous en accord avec le fait que les responsables TI doivent être proactifs dans la mise à jour de leurs connaissances sur les différentes solutions offertes sur le marché du logiciel libre?

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :