Accueil > Culture > Culture d’entreprise et logiciels libres – Partie 2

Culture d’entreprise et logiciels libres – Partie 2

Pour donner suite à notre premier billet sur la culture, nous avons trouvé des cas réels d’entreprises à ce sujet.

AppleLe logiciel libre est une culture qui encourage à donner à la communauté en termes de partage d’information, de collaboration, etc. En allant sur le site d’Apple, nous avons constaté que les propos étaient semblables à ceux du cours et qu’une telle culture de partage était effectivement l’une des valeurs principales de l’Open Source. On mentionne qu’il est souhaitable de laisser tomber l’efficience comme première méthode de travail et plutôt mettre l’accent sur la collaboration, la participation, le réseautage et l’expérimentation. Les entreprises qui ont des modèles de logiciels libres ont besoin de nouvelles techniques de gestion de processus et de prise de décision. Pour compléter notre idée, un article trouvé sur le site Linux Insider mentionne que des politiques trop strictes inhibent la créativité. C’est pour cette raison qu’on mentionne ci-haut qu’il faut revoir certaines méthodes de travail et favoriser l’échange.

En effectuant notre recherche, nous avons trouvé un autre blog pertinent qui présente une étude de cas d’IBM et qui explique comment ils ont travaillé la culture organisationnelle pour mieux supporter les médias sociaux (la majorité est basée sur l’Open Source.) À ce sujet, on écrit qu’il est difficile pour un fournisseur de jouer un rôle significatif en aidant l’entreprise à se transformer pour être plus collaboratrice et utiliser ces technologies. Cela s’explique par le fait que les fournisseurs n’ont pas une compréhension approfondie de la culture de l’entreprise. Cependant, cela ne veut pas dire qu’IBM ne peut rien faire pour influencer la culture à être plus ouverte, plus collaboratrice et plus réceptive aux médias sociaux.

Voici des exemples de ce qu’ils ont fait pour aider :

  • autoriser tout le monde à participer;
  • apprendre de nos erreurs;
  • bâtir une culture de participation en commençant par l’interne;
  • expérimenter des  outils tels que « BlogCentral, Beehive, WikiCentral, InnovationJam, GreaterIBM Connection, Media Library ».

Nous avons également trouvé un exemple qui s’applique bien à la culture d’entreprise et aux logiciels libres : l’exemple de l’entreprise Google. Google participe activement au développement de logiciels Open Source et met à profit l’effort collectif d’un grand nombre de programmeurs pour favoriser l’innovation.  Cette entreprise investit temps et argent dans le développement open source afin d’aider les utilisateurs et organisations à se retrouver dans les nouvelles technologies.

Puisque le monde est de plus en plus mobile, Google créé de nouvelles technologies et propose des solutions de services mobiles pour que les utilisateurs puissent faire des tâches avec leur téléphone cellulaire (recherches sur Google, email, vidéo, calendrier, etc.) Google songe d’ailleurs à offrir encore plus d’innovations avec Android, une plate-forme mobile Open Source gratuite. Elle intègre l’ouverture qui a modelé Internet dans le monde mobile et profite aux consommateurs qui auront un choix plus vaste et de nouvelles expériences et profite également aux opérateurs, fabricants et développeurs  en termes de revenus.

Entre les projets Android, Chrome et Chrome OS, Google est devenu l’un des acteurs principal de l’Open Source et le code est ouvert, accessible et modifiable par tous puisqu’ils croient que les systèmes ouverts sont gagnants au bout du compte et une citation explique d’ailleurs bien leur pensée « seule l’ouverture permet le progrès ».

Un programme a été mis sur pied par Google et porte le nom de Google Summer of Code. Celui-ci offre aux étudiants la possibilité d’écrire des codes pour plusieurs projets de logiciels libres. Ils ont travaillé avec plusieurs logiciels gratuits Open Source et des groupes reliés à la technologie pour identifier plusieurs projets sur une période de 3 mois. Depuis la création du projet en 2005, le programme a rassemblé 2500 étudiants participants et 2500 mentors de 98 pays à travers le monde ayant pour passion l’amour des codes. Un exemple d’entreprise bénéficiant du programme Google Summer of Code est JOOMLA, une entreprise qui offre un programme Open Source. Cette entreprise a participé 5 fois dans le programme Google Summer of Code. Selon JOOMLA, l’expérience a été inspirante à chacune des années de participation et s’est révélée être un succès.

C’est ce qui complète notre billet sur la culture. Merci d’avoir pris le temps de nous lire et au plaisir d’échanger avec vos commentaires.

Publicités
Catégories :Culture
  1. Patrice Di Marcantonio
    28 septembre 2010 à 06:20

    très intéressant comme article et bien appuyé. Il est vrai que ce modèle de développement est en train de gagner beaucoup d’entreprises qui mettent la collaboration au coeur de leur façon de faire. Étant donné qu’il y a aussi de la compétition, les spécialistes parlent de coopétition: on collabore sur certains sujets et on se fait de la compétition sur d’autres. Exemple, on collabore sur le développement du produit mais on rivalise sur la mise en marché et le service.

    Bonne journée.

    Bonne journée.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :