Accueil > Ecommerce > Les logiciels libre et le e-commerce

Les logiciels libre et le e-commerce

Le logiciel libre a longuement été dans l’ombre du logiciel propriétaire, et ce, pour diverses raisons. Par contre, le logiciel libre étant désormais plus mature, les entreprises envisagent plus confortablement cette solution comme viable. Dans le domaine du e-commerce, de plus en plus d’entreprises souhaitent mettre en place leur activité via le logiciel libre ou veulent revoir leur solution actuelle afin de s’adapter aux nouvelles exigences des marchés. Selon l’étude de l’E-talling group-2009, un détaillant en ligne sur deux changera de plateforme dans les trois prochaines années. Le logiciel libre ayant gagné ses lettres de noblesses, cette solution sera davantage envisagée et prendra certainement de l’expansion.

Avant d’aller de l’avant avec le logiciel libre, les organisations devront tout d’abord effectuer une réflexion approfondie. Pour ce faire, ces derniers devront voir leur offre sous plusieurs angles et adopter une méthode d’analyse appropriée. Voici quelques questions clés auxquelles ils devront répondre pour leur permettre d’avoir une base solide de réflexion.

• Orienter : Comment amener des clients potentiels sur mon site? Comment les orienter facilement dans mes différents rayons?
• Informer : Comment présenter et valoriser mes produits? Comment mettre en avant mes produits phares?
• Transformer : Comment favoriser la mise au panier, comment encourager mon client à aller jusqu’au bout de son acte d’achat, comment améliorer mes ventes?
• Analyser : Comment suivre la performance commerciale de ma boutique pour l’améliorer? (source – SMILE)

Pour les entreprises, il est aussi important de voir le changement de leur plateforme comme un tout et de s’assurer de bien comprendre les différents enjeux du e-commerce dans les prochaines années. La vidéo ici-bas tirée du site toolinux présente une discussion (12 minutes) de quatre experts d’e-commerce sur le sujet. Ils abordent principalement les points suivant : les fonctionnalités, la performance et l’expérience d’achat.

Cliquer ici pour visualiser la vidéo

Dans l’extrait vidéo, Jérôme Relinger (responsable de l’offre Linstudio, Linagora) : «le web va devenir une couche d’échange commun entre différentes applications qui vont partager des standards ouverts et interopérables.» Avec ces nouvelles possibilités, les entreprises doivent effectuer un choix éclairé selon certains critères de base qui permettent de mettre en avant-plan l’expérience du client en utilisant les meilleures pratiques du marché. Selon la firme SMILE, spécialisée dans l’implantation de solution open source, les critères de base pour le choix d’une plateforme doivent considérer :

• La richesse fonctionnelle de l’outil (outil à l’état de l’art, fonctionnalités web 2.0, capacité à s’interfacer à d’autres solutions)
• L’architecture et les qualités techniques : environnement technique, modularité de l’outil, qualité du développement, tenue en charge, etc.
• La pérennité de l’outil (taille de la communauté, nombre de contributions, présence d’un éditeur, réseau de professionnels, etc…)

D’ailleurs, les logiciels open sources tels qu’OsCommerce, Prestashop, Magento et VirtueMart apportent des avantages intéressants, et ce, a plusieurs niveaux. En premier lieu, le fait d’offrir des licences gratuites est l’un des très grands avantages. En effet, si par exemple l’entreprise possède des employés qualifiés et qui détiennent les connaissances et compétences nécessaires afin de mettre en place une solution d’e-commerce, cela permettra à l’organisation de faire des économies très intéressantes. À défaut d’avoir une équipe de développement compétente pour mettre en place, comme la plupart des projets e-commerce open source ont une communauté, il est possible de faire appel à la communauté. En effet, plusieurs projets profitent d’un bassin important de développement qui détient des connaissances et compétences variées afin d’innover rapidement, et ce, afin de faire face à la compétition du logiciel propriétaire.

Pour prendre connaissance des différentes plateformes open sources d’e-commerce disponible sur le marché, nous vous invitons à consulter le magazine TripWire et le JournalDuNet. Ceux-ci regorgent d’informations pertinentes pour faire un survol global, mais complet des solutions d’e-commerce les plus connues dans le monde.

Selon vous quelles seraient les raisons qu’une grande entreprise évoquerait pour utiliser un logiciel propriétaire plutôt qu’open source?

About these ads
  1. 23 novembre 2010 à 21:00 | #1

    Bonjour,
    Si l’on se base sur les critères de base que vous énumérez pour le choix d’une plateforme de e-commerce (la richesse fonctionnelle de l’outil, l’architecture et les qualités techniques, la pérennité de l’outil), tout semble naturellement pointer vers les logiciels libres qui offrent tout ces avantagles. Ces logiciels se basent sur une architecture modulaire utilisant des standards ouverts, ils offrent de nombreuses fonctionnalités pour répondre aux différents besoins des utilisateurs et la pérennité de l’outil est assurée par le fait qu’il soit open source entre autre.

    Alors pourquoi aller vers les logiciels propriétaires?
    Hé bien, je dirais tout d’abord pour la facilité. En effet, il est possible avec des solutions propriétaires d’acheter un abonnement à un service d’e-commerce qui sera entièrement géré par un fournisseur. Dans ce cas, la compagnie n’a pas à se soucier de tout l’aspect technique et peut se concentrer sur la vente de ses produits. Par contre, la personnalisation de son site sera quelque peu limitée. Un exemple de ce modèle serait Yahoo ecommerce (http://smallbusiness.yahoo.com/ecommerce).

    Un autre exemple où une entreprise pourrait privilégier des solutions propriétaires serait en ce qui a trait aux "market place". En effet, de nombreux sites tel Amazon ou Ebay offrent de vendre nos produits sur leur site moyennant une certaine commission. L’avantage de ce modèle est que l’on n’a pas à faire de publicité pour amener les gens sur son site: on a déjà accès aux clients de ces sites majeurs. Par contre, la personnalisation et le suivi de la relation client est très peu présent.

    Si l’on revient au choix d’un framework de ecommerce libre ou propriétaire, je crois que cela dépend en grande partie des fonctionnalités offertes par chacun. À fonctionnalités égales, je crois que le framework libre devient le favori entre autre pour les raisons que vous avez exposées dans cet article.

    Merci.

    • Sonia Luzi
      24 novembre 2010 à 23:18 | #2

      Bonjour,

      Je suis d’accord que la notoriété et l’aspect clé en main expliquent l’attrait des logiciels propriétaires. Les entreprises «click and mortar» ou «pure play» maîtrisent leur activité primaire (coeur de métier) mais pas nécessairement toutes les activités qui sous-tendent la vente en ligne. Ces entreprises apprécient les services connexes (transport, douane, service de paiement, publicité, sécurité, etc.) offerts par des fournisseurs biens établis. Il est fort probable que la solution pour promouvoir le logicel libre de type e-commerce passe par le développement d’un modèle économique basé sur le l’offre de services connexes adaptés à la taille de l’entreprise (p. ex. PME). Ma réflexion s’inspire de l’article de l’AFUL sur les modèles économiques.

      Au plaisir,

      • 25 novembre 2010 à 17:50 | #3

        Bonjour,
        Je suis tout à fait d’accord avec Sonia sur le fait que les PME ont besoin de beaucoup plus de services que le simple hébergement d’un site de e-commerce. Il ont besoin d’une gestion de la facturation, de livraison, etc. Tous ces services sont offerts par des solutions propriétaires du style de celles d’Amazon ou Yahoo. C’est selon moi une grande lacune des solutions e-commerce libres. Même les grandes entreprises ne sont pas toujours intéressées à implanter ces fonctions. Elles veulent se concentrer sur leur core business. De ce fait, il faudra que l’offre des solutions libres soit jumelé à un ensemble de services connexes. Y a-t-il des entreprises qui se spécialisent dans l’intégration de tels services?

      • Sonia Luzi
        26 novembre 2010 à 13:08 | #4

        Bonjour Jean-François,

        Le concept de prestataire de services est antérieur l’ère du commerce électronique. En logistique, il est courant qu’une entreprise – peu importe sa taille – fasse affaire avec des prestataires logistiques. Le recours à ces spécialistes permet de réduire le coût d’opération et d’avoir accès à des compétences non disponibles à l’interne. Une entreprise peut faire l’impartition – pour des raisons stratégiques ou opérationnelles – de plusieurs fonctions de la chaîne logistique. Le recours à un courtier en dédouanement est un exemple d’impartition. Le dédouanement est un domaine complexe où les erreurs sont coûteuses avec l’introduction du RSAP. Pour éviter de nommer des prestataires, je te réfère à un article du Journal duNet sur l’expérience de PME françaises avec des prestataires logistiques.

  2. 27 novembre 2010 à 07:46 | #5

    Bonjour Sonia,
    Je suis d’accord avec l’impartition n’est pas propre au domaine du e-commerce et que celle-ci se fait déjà depuis plusieurs années dans plusieurs entreprises. L’exemple le plus frappant est certainement l’impartition du service de livraison qui est souvent cédé à un impartiteur comme purolator, fedex, etc.

    Cependant, le e-commerce amène de nouvelles possibilités aux entreprises qui veulent vendre leur produit à travers ce nouveau canal. Pour une PME, le travail de rechercher d’un impartiteur pour chaque élément de la chaîne logistique dont elle désire faire l’impartition peut être assez long et ardu. De ce fait, je crois qu’il y a un certain créneau pour des entreprises qui pourraient agir à titre d’intégrateur/impartiteur de différents services afin d’offrir une solution clé en main à l’entreprise. Par exemple, une entreprise pourrait offrir un logiciel libre de e-commerce ainsi l’impartition de certains services dans une solution clé-en-main. Est-ce que cela se fait dans le milieu?

    • Sonia Luzi
      28 novembre 2010 à 11:19 | #6

      Bonjour Jean-François,

      Il me fait plaisir de donner suite à tes commentaires car la chaîne logistique a été pendant plusieurs années mon domaine d’intervention. Au niveau de l’impartition ou externalisation, il existe deux catégories de prestations : 3PL (3e partie logistique) et 4PL (4e partie logistique). Le 3PL offre des services logistiques (entreposage et transport) à la carte pour permettre à une organisation de se concentrer sur son coeur de métier. Quant au 4PL, il offre un éventail plus large de services (incluant la consultation et la chaîne d’approvisionnement) et sous-entend la gestion informatique des flux. Sous toute réserves, le 4PL semble offrir une solution plus complète dans un contexte de e-commerce. Malheureusement, mes compétences sur le sujet s’arrêtent là car j’ignore s’il existe un partenariat entre logiciel de e-commerce et prestataires en logistique (3PL ou 4PL). Le scénario le plus plausible est que l’organisation du type brick and mortar a déjà recours à certains services logistiques et que la transition au click and mortar obligera à une plus grande intégration des services et de la plateforme. Selon mes recherches sur le net, les noms de Wall Mart et de Dell sont souvent mentionnés comme des histoires de succès quant à la virtualisation de la chaîne logistique. Il faudrait explorer les noms de prestataires cités dans les liens pour vérifier s’il existe une relation avec un logiciel d’e-commerce.

      • 28 novembre 2010 à 20:14 | #7

        Bonjour Sonia,
        Merci beaucoup pour tes commentaires. Le 4PL semble vraiment une solution intéressante pour les PME qui désirent se lancer dans le e-commerce. Je vais faire des recherches la-dessus…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: